Au commencement : la production des ions

Les équipes de chercheurs qui font des expériences au GANIL choisissent le type d'atome qu'ils veulent accélérer en fonction des besoins des expériences : il peut s'agir d’éléments chimiques aussi différents que de l’hydrogène dont le noyau se réduit  à un seul proton ou de l’uranium qui en compte 92.

Des sources d’ions permettent d’arracher un nombre variable d’électrons au atomes. Cette étape est indispensable à l'accélération des ions par des champs électriques et à leur guidage par des champs magnétiques : dans les deux cas l’intensité des forces exercées sur les ions est proportionnelle à leur charge électrique. Au GANIL, les faisceaux ainsi produits peuvent atteindre des intensités allant jusqu’à mille milliards de particules par seconde. La nouvelle installation SPIRAL2 permettra dès 2019 de multiplier par un facteur 10 à 100 ces flux de particules.


Source d'ions de l'installation SPIRAL1 du GANIL

Découvrez les étapes suivantes :
L'accélération des ions
Le transport des faisceaux d'ions
L'observation des réactions